Une courte traduction[1] sous la forme d'un témoignage sans prétention qui illustre bien la mise en relation, internationale et dans un certain état d'esprit, que permet et induit le logiciel libre.

C'est Ubuntu qui est mis en valeur ici (et en France on n'est pas en reste d'ailleurs avec le très convivial et compétent Ubuntu-fr) mais les vertus et attitudes évoquées ici valent je crois pour l'ensemble de la communauté.

Au delà du fait d'avoir à disposition des programmes de grande qualité, le logiciel libre c'est aussi ce petit supplément d'âme que d'aucun comme moi apprécie tout particulièrement...

Copie d'écran - DThomasDigital

L'effet secondaire (positif) de l'utilisation d'Ubuntu

The Unexpected (good) side effect of using Ubuntu

David Thomas - 24 mars - dthomasdigital.wordpress.com

Je suis un adepte d'Ubuntu, je fais parti de ces convertis depuis deux ans maintenant et Ubuntu a répondu à toutes mes attentes en matière d'informatique. Même les jeux sur Ubuntu commencent à être matures et je remarque que j'ai remplacé Wine au profit de jeux disponibles directement sur Linux. Je connais bien désormais la puissance d'Ubuntu et j'utilise de nombreuses applications critiques dont dépend mon entreprise sur cette même plateforme.

Puis il est arrivé une chose à laquelle je ne m'attendais pas. Lentement mais sûrement à mesure que je m'impliquais dans la communauté Ubuntu j'ai appris beaucoup de choses sur le vaste monde qui m'entoure en apprenant à connaître des gens et des cultures de divers horizons. J'ai commencé ce blog puis j'ai intégré le Planet Ubuntu Users. Ceci m'a permis de rencontrer gouki, je crois bien qu'il vient du Portugal. C'est lui qui est en charge de Planet Ubuntu Users, j'adore son site, il est simple mais fantastique.

Un jour mes billets cessent d'apparaître sur le Planet. En en cherchant la cause j'ai découvert que je n'étais pas le seul dans ce cas, parmi les autres personnes il y avait Isabelle Duchatelle qui vient de France. C'est une personne d'une grande finesse et j'ai appris plusieurs petits trucs grâce à ces billets. Après quelques échanges d'e-mails on a trouvé la source du problème et nous étions de retour sur le Planet.

Peu après ça mon implication dans le Ubuntu Users Group près de chez moi s'est accrue et en posant des questions à droite à gauche j'ai échangé quelques courriers avec le légendaire Jono Bacon de Grande Bretagne. C'est une personne qui est toujours prête à aider et à vous faire découvrir un groupe dont vous n'aviez jamais entendu parler. Pour moi qui adore la musique, rien que ça rendait nos échanges intéressants.

Grâce à Ubuntu je me suis retrouvé impliqué dans Software Freedom Day, la Document Freedom Day et dans l'Open Discussion Day. J'y ai fait la connaissance de gens venant du Nigéria, de Malaisie, d'Inde, d'Amérique du Sud et encore plein d'autres pays. Ce qui m'est arrivé à une échelle plus petite est tout aussi incroyable. Notre Ubuntu Users Group local est devenu un groupe officiel et nous avons commencé quelques projets avec succès. J'ai aussi été impliqué avec les équipes américaines et j'ai fait la connaissance de gens géniaux comme Aaron Toponce.

Soit, mais alors de quel effet secondaire s'agit-il ? Et bien, lorsque j'utilisais Windows j'étais comme dans un cocon à trimer chaque jour et une chose est sure c'est que je me suis jamais intéressé au blog de Bill Gates comme je m'intéresse aujourd'hui à celui de Mark Shuttleworth et même si j'adore les autres distributions Linux (je vis au Nouveau Mexique et Gentoo aura donc toujours place à part dans mon cœur) Ubuntu m'a attiré dans une communauté, une communauté de gens qui veulent vraiment rendre l'informatique libre et ouverte.

C'est une communauté qui traite les débutants avec autant de respect qu'elle traite ses membres de la première heure. J'ai vraiment beaucoup appris durant ces deux dernières années et cette année je ferai une présentation à Ubuntu Live (hey les gars qui s'occupent d'Ubuntu Live, vous pensez pas que vous pourriez revoir le prix de l'inscription ?), ça sera l'occasion pour moi de serrer des mains et de remercier la communauté dont je suis tombé amoureux. Alors oui, je dirais que c'est un effet secondaire plutôt positif pour un gars comme moi qui ne savait même pas situer le Nigéria sur une carte il y a à peine deux ans.

Notes

[1] Merci à Olivier (from Fralamang) pour la traduction.