Les logiciels libres n’innovent pas, il ne font que copier les nouveautés pertinentes de leurs petits camarades propriétaires, entend-t-on parfois ça et là. Certains vont même jusqu’à dire qu’ils font planer une menace sur cette innovation car ils combattent les brevets logiciels tout en dynamitant, à grands coups de partage et de gratuité, le modèle économique de certaines entreprises qui souhaitent tirer profit de leurs inventions.

Le débat mérite d’être posé (d’autant qu’on peut très bien considérer qu’un logiciel qui a choisi d’être libre est innovant en soi) mais toujours est-il qu’il y a indéniablement des progrès qui viennent directement des logiciels libres. En voici quelques uns, issus de la liste de M. Saunders. Cette liste non exhaustive est peut-être discutable alors nous vous attendons de pied ferme dans les commentaires.

Une traduction Olivier pour Framalang. Nous avons ajouté quelques liens wikipédia francophones à l’article d’origine qui n’en comportait aucun, histoire que ce soit plus clair pour un public non averti. Nous avons également choisi de conserver « Open Source » plutôt que de le traduire par « logiciel libre » parce qu’il nous a semblé que c’était plus proche de l’auteur qui manipule les deux termes, mais si vous voyez les choses différemment n’hésitez pas là aussi à troller vous manifester ;-)

screenshot_linux-format.jpg

Les innovations de l’Open Source

Open source innovations

M. Saunders - 28 octobre 2008 - LinuxFormat.co.uk

L’Open Source ou les logiciels libres n’ont pas une réputation d’inventeurs. Ils se contentent de copier les logiciels commerciaux, n’est-il pas ? Pas vraiment, comme l’explique Neil Bothwick, du simple gadget jusqu’à l’Internet, les logiciels libres et open source sont à l’origine de nouvelles technologies et de nouvelles façons de travailler…

« L’Open Source ne fait que plagier les logiciels commerciaux. Si les logiciels commerciaux ne dépensait pas autant d’argent dans la recherche, les logiciels Open Source seraient à cours d’innovation. L’Open Source a besoin des logiciels commerciaux pour survivre. » Voici un florilège de déclarations sur les logiciels Open Source faites par ceux qui ont un intérêt particulier à les voir échouer ou piétiner, mais est-ce justifié ou est-ce simplement de l’intimidation ?

Même si on peut répondre à ceci par quelques arguments logiques, et nous en aborderons quelques uns, la meilleure réponse se trouve dans les exemples de tous les jours où ce sont les développeurs Open Source qui innovent et les logiciels commerciaux qui se contentent de suivre.

Avant toute chose, il faut préciser que suivre l’exemple donné par les autres et utiliser leur expérience n’est pas une mauvaise chose en soi. Si vous voyez une bonne idée, ne l’ignorez pas sous le seul prétexte que d’autres l’ont eu avant vous. Les produits concurrents, quelque soit leur domaine, ont bien plus de points communs que de différences. L’ergonomie est également un facteur : une interface graphique intuitive, ça n’existe pas vraiment.

Ce que l’on décrit comme étant intuitif n’est en fait que familier ; aucune personne censée ne créerait une voiture dans laquelle les commandes sont disposées différemment de ce qui se fait habituellement, pourquoi est-ce que ça devrait être différent pour une interface en informatique ? C’est la raison pour laquelle toutes les interfaces utilisateur graphiques sont basées sur l’interface Wimp (Windows, Icons, Menus, Pointer pour Fenêtres, Icônes, Menus et Pointeur) conçue par le centre de recherche de Xerox à Palo Alto. Ce sont aussi eux qui sont à l’origine de l’Ethernet, des imprimantes laser et de bien d’autres choses encore, donc ils savent ce qu’ils font.

Alors, dans quels domaines les développeurs Open Source sont-ils des pionniers, où ont-ils explorés des terres encore vierges ? Voici quelques exemples issus de différents domaines.

compiz-fusion.jpg

Bureau 3D

Que vous les aimiez ou que vous les détestiez, les gadgets sont partis pour durer et ils font vendre des systèmes d’exploitation. Que l’on parle d’Aqua de MacOS ou des bordures de fenêtres translucides (et illisibles) de Vista, les systèmes d’exploitation se battent pour rendre leurs bureaux « attirants ». La communauté Open Source est à la base de cette innovation grâce à Compiz Fusion qui a donné une nouvelle dimension aux gadgets sur le bureau, au sens propre du terme car le projet a apporté les effets 3D. Alors que certains fonctionnalités font la part belle aux effets visuels au détriment de l’ergonomie, d’autres permettent vraiment d’avoir une interface sensationnelle. Faites simplement démarrer le PC de votre pote qui ne jure que par Windows sur un LiveCD avec Compiz Fusion et regardez le demeurer bouche bée. Les bureaux en 3D n’iront qu’en s’améliorant avec le développement naturel du matériel qui leur permettra de tourner sans effort sur ce qui sera bientôt les machines d’entrée de gamme et un bureau en 3D sous Linux demande aujourd’hui toujours moins de ressources qu’un bureau en 2D sous Vista.

En fait, le nom Compiz Fusion lui-même dissipe un autre mythe à propos de l’Open Source : les projets sont perpétuellement en train de se diviser et de se fragmenter. De Compiz est née la sous division Beryl, mais les deux projets ont à nouveau fusionnés, mettant en commun les résultats de l’effort des deux communautés pour en faire un projet bien plus fort.

knoppix.jpg

LiveCD

L’un des grands avantages de l’Open Source est que les programmeurs peuvent utiliser le travail d’un autre, en faire un nouveau paquet et le sortir. C’est exactement ce qu’à fait Klaus Knopper avec Debian quand il a créé le LiveCD Knoppix. Les disques Knoppix possédaient des outils avancés de détection du matériel et de configuration automatique, quelque chose que l’on peut considérer déjà comme novateur. Pendant le démarrage, le disque se configure tout seul pour la majorité du matériel. Même si Knopper n’a pas inventé le concept du LiveCD (Suse en avait déjà une démo), il a été le premier a rendre ce concept utilisable, avec un disque capable de démarrer et de faire tourner un OS complet sur la majorité des configurations. Maintenant un système live dérivé de celui de Knoppix est derrière le disque d’installation de beaucoup de distributions.

Grâce à l’Open Source, Knopper a pu s’appuyer sur le travail de la communauté Debian plutôt que d’avoir à tout créer par lui même. Imaginez que l’envie vous prenne de développer un liveCD de Windows, simplement parce que l’idée vous plaît. Les seuls personnes qui seraient vraiment intéressées par votre idée seraient les avocats.

wikipedia.jpg

L’édition collective Wiki

Aux début du Web vous ne trouviez que des pages fixes où le contenu de chaque page était un fichier HTML. Ensuite le HTML dynamique a pointé le bout de son nez, se servant de modifications qui touchaient uniquement les serveurs au moyen de divers langages de programmations, mais le contenu n’était toujours que le contenu que le webmaster vous fournissait. Vous pouviez le lire ou l’imprimer, mais c’était tout. Le WikiWikiWeb a changé tout cela grâce à un concept novateur : le site Web pouvait être édité par n’importe quel visiteur. A partir de ce moment tout visiteur d’un wiki a le pouvoir de créer, d’éditer ou de supprimer des pages. Cette idée anarchique au demeurant a plutôt bien fonctionné et maintenant un site peut être amélioré par n’importe qui et n’est possédé par personne, le site Web Open Source.

Internet était bien moins sauvage en 1995 quand est apparu WikiWikiWeb, sa population se composait principalement de geeks et d’universitaires inoffensifs. De nos jours, le vandalisme peut devenir problématique et de nombreux wikis nécessitent la création d’un compte avant de se lancer dans l’édition, mais cela ne change en rien leur nature ouverte. Open Source n’est pas synonyme d’irresponsabilité protégée par l’anonymat, il est question d’échange et de reconnaissance de la contribution apportée par les autres. Le wiki n’est donc pas seulement une innovation de la communauté Open Source, c’est aussi un exemple vivant de ce qu’il y a de bon dans le concept d’ouverture.

vnc.jpg

Virtual Network Computing

VNC est l’exemple type d’invention qui ne pouvait émaner que de l’open source. VNC permet à un ordinateur de voir et, potentiellement, de prendre le contrôle d’un autre ordinateur. C’est utile pour accéder à votre propre machine lorsque vous n’êtes pas au bureau mais aussi pour assister à distance un autre utilisateur. « Appuie sur ce bouton et dis-moi ce que ça fait. » Toute personne ayant déjà eu ce genre de conversation téléphonique avec ses parents en comprendra l’utilité.

Même ceux qui sont le moins à cheval sur la sécurité de leur ordinateur devraient être horrifiés à l’idée de laisser quelqu’un contrôler leur ordinateur par Internet. Même si vous faites entièrement confiance à l’utilisateur de l’autre ordinateur (qui peut être vous-même) vous n’avez aucun moyen de savoir avec certitude ce qui advient des données lorsque vous utilisez un système propriétaire. L’Open Source n’est pas simplement à l’origine d’une innovation ici, c’est aussi un gage de sécurité : vous avez accès au code source et vous pouvez déterminer si les données de votre session ne seront pas envoyées dans une base souterraine secrète.