Femme Actuelle - Logiciel Libre - Octobre 2009Le logiciel libre avance. Preuve supplémentaire, il a droit aujourd’hui à une pleine page dans le numéro 1 304 du magazine… Femme Actuelle !

L’article n’échappe à la mise en avant de la gratuité (quitte à se planter en beauté sur le choix du logiciel propriétaire Picasa de Google), mais l’essentiel est là, alors ne boudons pas notre plaisir de le trouver en si galante compagnie.

Même Framasoft est cité avec ses « mille cinq cent logiciels libres classés par thème à télécharger », incrusté à même la photo de la demoiselle au laptop (cliquer sur l’image ci-contre pour agrandir).

L’angle d’attaque est également à souligner puisqu’il évoque en creux l’épineux problème de la vente liée :

Certains des logiciels, préinstallés sur votre ordi, le sont en version de démonstration pour une durée déterminée. Ensuite il faut passer à la version payante et les télécharger. La solution : opter pour des logiciels libres, souvent plus performants et la plupart du temps disponibles gracieusement ! En voici cinq.

Outre donc l’erreur de casting Picasa, on trouve Firefox, OpenOffice.org, VLC media player et Thunderbird. Ce qui est assurément un bon choix, surtout si l’on s’adresse à des utilisatrices sous Windows ou Mac.

Je parle sous couvert des spécialistes es commentaires, mais il me semble que les descriptions des logiciels sont plutôt fidèles et pertinentes. Exemple avec OpenOffice.org :

La suite bureautique Offce de Microsoft, parfois installée en démo sur votre ordi neuf, coûte plusieurs centaines d’euros. Or le suite Open Office est, elle, entièrement gratuite. Composée des mêmes outils (traitement de texte, tableur…) elle est compatible avec Word, Excel, Powerpoint, etc. L’interface et les fonctions sont quasi-identiques à celle de Microsoft Office. De plus, OpenOffice dispose de certaines possibilités orginales et utiles, comme l’export au format PDF. Riche en fonctionnalités, cet ensemble d’applications est de plus en plus adopté par les administrations, les établissements scolaires, voire les entreprises.

Enfin il y a un encart où Tristan Nitot (qui, remarque jalouse, n’en rate décidemment pas une) nous explique le logiciel libre à l’aide des recettes de cuisine (qui, remarque sexiste, est un bon choix d’analogie ici)

Et à la question : le logiciel libre est-il toujours gratuit ? Il répond : la copie est permise et même encouragée. Excellente conclusion non hadopiquement correcte ;-)