Ma photo du gribouillage Ubuntu sur une publicité Windows ayant fait étonnamment couler beaucoup d’encre, je vous en propose une autre aujourd’hui.

Elle n’est pas de moi, ne concerne pas Microsoft, et est sur le fond certainement plus intéressante, puisqu’il ne s’agit pas ici de mettre maladroitement en valeur une alternative libre à un produit propriétaire, mais de rappeler (certes illégalement) la principale menace que représente Google.

Bisonbison - CC by-nc-sa

Ainsi donc un irrévérencieux et non invité « Toutes vos données nous appartiennent ! », s’est subrepticement intercalé dans le tentant espace vierge laissé par l’affiche. Nous ne sommes plus comme avec Ubuntu dans la substitution mais dans l’ajout d’information de type… Wikipédia (sic), à la petite différence près que l’auteur du méfait s’est inventé lui-même un bouton « modifier » ;-)

Si l’on en croit les informations sur Flickr, elle a été prise par Bisonbison, le 4 janvier 2010, à Édimbourg en Écosse, via, joli paradoxe, l’objectif d’un iPhone (sous licence Creative Commons By-Nc-Sa, la photo pas l’iPhone).

Au delà de l’anecdote, c’est aussi et surtout l’occasion pour moi d’évoquer ici brièvement la campagne médiatique sans précédent engagée actuellement par Google pour faire gagner des parts de marché à son navigateur Chrome (qui, pour rappel, prépare la venue de son futur système d’exploitation du même nom).

Sur ses propres sites (moteur de recherche…), dans le métro londonien (escalators inclus) et tout récemment parisien, sur les sites des grands médias totalement encerclés (Le Figaro, Il Corriere Della Sera…), en ouverture des journaux gratuits et donc dans la rue, en simple affiche ou carrément en délirant calendrier de l’Avent qui arrête les passants !

C’est la première fois que Google sort ainsi de sa tanière du Web et cela tient de tout sauf d’un hasard