Rolands Lakis - CC byVingt personnalités ont récemment lancé un appel afin de supprimer les notes à l’école élémentaire.

Parmi ces personnalités, on notera Boris Cyrulnik, Axel Kahn, Daniel Pennac, François Dubet, Richard Descoings, Marcel Rufo ou encore l’ami du logiciel libre Michel Rocard.

L’appel a été repris hier dans un article de Libération et le moins que l’on puisse dire c’est que cela n’a pas laissé les lecteurs indifférents. C’est une belle foire d’empoigne dans les commentaires qui dépassent déjà les cinq cents occurrences !

Au delà de l’intéressant débat, ce qui m’a frappé, et qui vaut mention sur ce blog, c’est la dernière phrase en guise de conclusion :

« Nous appelons tous ceux qui souhaitent réaffirmer que l’école élémentaire doit être celle de la coopération et non de la compétition, à signer le présent appel. »

Consciemment ou non, en plein ou en creux, tous ceux qui défendent le logiciel libre et sa culture défendent également un monde où la coopération n’est pas écrasée par la compétition.

Je ne sais si la seule suppression des notes pour un seul niveau[1] permet d’y arriver (j’aurais même quelques doutes) mais il n’est pas anodin de remarquer que l’opposition coopération / compétition est une grille de lecture de plus en plus souvent utilisée.

PS : Et à l’âge adulte, dans la sphère du travail, ce serait quoi « un monde sans notes » ? Un monde sans discrimination à la fiche de paie ? Avec un « revenu de vie » garanti pour tous ?

Notes

[1] Crédit photo : Rolands Lakis (Creative Commons By)