Wikimedia Italia - CC by-saWikipédia célèbre ses dix ans et je me réjouis bien entendu d’observer que l’évènement bénéficie légitimement d’une large couverture médiatique.

En quantité mais aussi et surtout en qualité, car il semble définitivement révolu le temps de l’incompréhension voire d’une certaine hostilité de la grande presse vis-à-vis de l’encyclopédie. Avoir des articles dédiés (et éclairés) dans les versions papiers du Monde ou de Libération permet aussi de mesurer le chemin parcouru[1].

Vous me voyez cependant contraint ici de faire, l’espace d’un court instant, mon schtroumpf grognon au milieu du concert de louanges. Parce que lorsque l’on regarde un peu dans le détail la revue de presse francophone occasionnée par cette date anniversaire, on constate que le logiciel libre est totalement occulté.

Vous me direz que ce n’est ni le sujet, ni le lieu, ni le moment. Vous me direz qu’il est normal que les journalistes adoptent l’angle de l’interview des fondateurs, du témoignage de collaborateurs, ou du « Wikipédia, comment ça marche ? » (ou, mieux encore, « comment ça marche, alors que ça ne devrait pas marcher ! »). Vous me direz aussi que je pêche par égocentrisme libriste. Mais de là à ne jamais évoquer le logiciel libre…

Il est vrai aussi que cette affirmation péremptoire repose sur une méthode sujette à caution. J’ai ouvert à ce jour tous les articles francophones glanés sur le Web qui me semblaient parler des 10 ans de Wikipédia, en cherchant rapidement l’occurrence « libre » dans le corps du texte. Je suis parfois tombé sur « librement diffusable » ou « encyclopédie libre » mais jamais sur « logiciel(s) libre(s) » (ni « licence libre » d’ailleurs).

À une exception près, l’article du Monde (odieusement pompé ici) où l’on peut lire ceci :

Un projet un peu fou : concevoir une encyclopédie en ligne, gratuite, rédigée par des internautes, à laquelle tous, experts ou néophytes, pourraient contribuer, en créant, complétant ou corrigeant les articles grâce à un outil inspiré des logiciels libres, le « wiki  », permettant un travail collaboratif.

Oui, bien sûr, Wikipédia repose sur le logiciel libre Mediawiki, mais ce n’est pas, loin de là, le seul point commun et la seule filiation possible.

« Au commencement était Nupedia… », nous rapelle 01net. Tandis que Jimmy Wales soigne sa légende dans cette vidéo : « J’ai écrit Hello World et j’ai invité les gens à participer ». Factuellement parlant, c’est certainement bien là le début de cette extraordinaire aventure.

Mais cela n’aurait été ni scandaleux ni inopportun de remonter encore un peu plus loin, de remonter aux sources - si j’ose dire - en affirmant, pourquoi pas, que : « Au commencement était le logiciel libre… » (ceci dit, je vous l’accorde, au commencement était Internet aussi !).

Je ne prétends évidemment pas que Wikipédia n’aurait jamais existé sans le logiciel libre. Mais il est indéniable que son expérience, ses méthodes, ses outils (techniques et juridiques), ses combats (contre le copyright, les formats fermés, etc.) lui ont profité et ont participé à son succès. Dans un contexte historique où l’on dresse des bilans et expose la genèse, c’est dommage de ne pas l’avoir cité au moins une seule fois, cela aurait pu mettre la puce à l’oreille à de nombreux lecteurs lambdas.

La présidente de Wikimedia Fance, Adrienne Alix, a eu la bonne idée de récolter les témoignages de quelques pionniers présents aux tous débuts du projet. Morceaux choisis :

« À l’époque, on était en plein dans le haut de la vague du mouvement open source, et cette communauté de bénévoles créant une encyclopédie libre correspondait parfaitement à l’esprit de ce mouvement open source. » (Buzz)

« Wikipédia faisait déjà sensation dans le milieu Libre, projet titanesque qui faisait des petits dans le monde entier. » (Bobby)

« Wikipédia n’était à l’époque pas très connue du grand public mais on en parlait beaucoup dans le milieu du logiciel libre (…) C’est l’idée de transposer les concepts du logiciel libre à d’autres domaines, en dehors de l’informatique, que je trouvais séduisante. » (Polletfa)

« Le mouvement du logiciel libre partage lui aussi des connaissances, il manquait un outil pour le savoir d’une manière générale. » (Hashar)

« Venant du logiciel libre et du monde de l’informatique, j’étais idéologiquement et pratiquement prédisposé à aimer Wikipedia. Trouver Wikipédia formidable allait donc de soi pour moi (…) Je me suis investi plus car j’y ai vu rapidement la promesse de voir les principes du logiciel libre dépasser le cadre de l’informatique (…) La motivation était donc avant tout politique. » (Kelson)

« A la fois partager mes connaissances mais aussi encourager l’esprit du libre, du gratuit, par opposition à la logique financière. Je suis, bien évidemment, un grand défenseur des logiciels libres, et de la libre diffusion de la culture et de l’information. Les droits d’auteur sont une notion dépassée et surclassée par les technologie de l’information ! » (Tonnelier)

Je précise que nous ne sommes pas le seuls à souligner cette filiation, puisque même l’article Wikipédia de Wikipédia le dit ;-)

Wikipédia vise à être une encyclopédie libre, ce qui signifie que chacun est libre de recopier l’encyclopédie, de la modifier et de la redistribuer. Cette notion de contenu libre découle de celle de logiciel libre, formulée avant Wikipédia par la Free Software Foundation.

Par ses objectifs et son fonctionnement, le projet Wikipédia s’inscrit dans une série de filiations culturelles dont le concept du copyleft, inventé par Don Hopkins et popularisé par Richard Stallman de la Free Software Foundation, par lequel un auteur autorise tout utilisateur à copier, modifier et distribuer son œuvre, mais aux mêmes conditions d’utilisation, y compris dans les versions modifiées ou étendues, ainsi que la pratique du travail collaboratif sur Internet, développé notamment chez les informaticiens par les adeptes du logiciel libre.

Qu’un journaliste ait bien compris ce lien fort entre Wikipédia et logiciel libre mais l’ait ignoré par manque de place ou parce qu’il le jugeait secondaire, cela m’attriste mais c’est son choix au demeurant tout à fait respectable. Mais Il y a une autre hypothèse, celle du journaliste non informé sur qui l’on ne risque pas encore de pouvoir compter.

Ni sentiment d’ingratitude, et encore moins de jalousie, juste une pointe de frustration pour ceux qui, comme moi, travaillent à faire la promotion du logiciel libre en France et en Navarre. Sur ce, pas de quoi en faire un fromage, et je m’en retourne faire la fête avec mes amis wikipédiens ;-)

Avant je disais : « Wikipédia, c’est comme un logiciel libre mais pour les encyclopédies ». Désormais je vais privilégier la formule : « Un logiciel libre, c’est comme Wikipédia mais pour les logiciels ».

Notes

[1] Crédit photo : Wikimedia Italia (Creative Commons By) - « Tieni accesa Wikipedia » - Il est remarquable de constater que les trams du centre ville de Milan ont participé à la campagne de dons en offrant des tarifs préférentiels à l’association Wikimedia Italia.