A moins d’être parti en congés dans une autre galaxie ces derniers jours, difficile d’échapper au buzz du nouveau service du tentaculaire Google : “Google Plus”. Concurrent direct de Facebook, Google Plus repose sur le même business model : vous mettre entre les mains un service efficace et agréable à utiliser[1], sur lequel vous laisserez (volontairement !) des informations personnelles qui permettra à Google de vendre votre profil publicitaire au plus offrant.

Google Plus fera-t-il plus de vagues que les précédentes tentatives orientées “réseau social” de la firme de Mountain View ? Rien n’est moins sûr, car changer les habitudes de 700 millions de personnes réclamera des ressources conséquentes[2].

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Crédit : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)

Notes

[1] attention, efficace et agréable à utiliser ne signifie par pour autant utile !

[2] D’un autre côté, quand on voit que MySpace, coqueluche du web social il y a encore 5 ans, vient d’être racheté pour 35 malheureux millions de dollars, on se dit que les employés de Facebook font peut être bien de vendre leurs actions