Martin Fisch - CC by-saEn… 1994 Umberto Eco, rédigeait dans les colonnes de l’Espresso, une chronique[1] érudite et amusante sur l’opposition d’alors entre le Mac et le DOS, ancêtre de Windows.

Déjà le Mac est vanté pour sa convivialité. Mais, contrairement au DOS, vous ne pourrez pas alors vous « permettre la libre interprétation des écritures ».

Alors qu’on y pense fortement en lisant l’article aujourd’hui, Linux n’est pas cité. Et c’est bien compréhensible puisque le célèbre système d’exploitation libre venait à peine de naître.

Mais, six ans plus tard, en 1999, lorsque l’on regroupa les chronique dans un livre, Eco se fendit d’une note très intéressante qui explique pourquoi j’ai pris une certaine liberté dans le titre de ce billet.

« La flamme du protestantisme est désormais entre les mains de Linux. »

Nous usons d’un droit de courte citation pour vous reproduire la chronique ci-dessous agrémenté de quelques liens, en particulier vers Wikipédia, si vous souhaitez vous plonger plus profondément dans les nombreuses références religieuses[2].

MAC vs DOS

URL d’origine du document

Umberto Eco - 1994 - Espresso (La bustina di Minerva)

Une attention trop faible a été accordée à la nouvelle guerre religieuse souterraine qui transforme le monde moderne. C’est une de mes vielles idées, mais je découvre qu’à chaque fois que j’en parle aux gens, ils sont d’accord avec moi.

Le fait est que le monde est divisé entre les utilisateurs d’ordinateurs Mac et les utilisateurs d’ordinateurs compatibles MS-DOS. Je suis entièrement convaincu que le Mac est Catholique et le DOS Protestant.

En effet, le Mac est contre-réformiste et a été influencé par le ratio studiorum des Jésuites. C’est un système gai, convivial, amical, il dit au croyant comment il doit procéder étape par étape pour atteindre - sinon le Royaume des Cieux - le moment où le document est imprimé. C’est une forme de catéchisme : l’essence de la révélation est abordée au moyen de formules simples et d’icônes somptueuses. Chacun a droit au Salut.

DOS est Protestant, voire Calviniste. Il permet la libre interprétation des écritures, réclame des décisions personnelles difficiles, impose une herméneutique subtile à l’utilisateur et tient pour acquis que tout le monde ne peut pas atteindre le Salut. Afin de faire fonctionner le système, il faut interpréter soi-même le programme : loin de la communauté baroque des fêtards, l’utilisateur est enfermé à l’intérieur de la solitude de ses propres tourments.

On pourrait répondre que, avec le passage à Windows, l’univers DOS finit par ressembler davantage à la tolérance contre-réformiste du Macintosh. C’est vrai : Windows représente un schisme de type Anglican, avec cérémonies en grandes pompes dans la Cathédrale, mais il reste toujours une possibilité d’un retour au Dos pour changer les choses en accord avec les décisions étranges; quand c’est le cas, vous pouvez décider d’autoriser les femmes et les homosexuels à être ministre du culte si vous le souhaitez.

Il va de soi que le catholicisme et le protestantisme des deux systèmes n’a à priori rien à voir avec les opinions culturelles et religieuses de leurs utilisateurs. J’ai ainsi découvert un jour que, chose incroyable, le sévère et tourmenté Fortini utilisait le Macintosh ! On peut cependant légitimement se demander si à la longue l’adoption de tel système plutôt que tel autre n’exerce pas une profonde influence. Peut-on vraiment utiliser le DOS et soutenir la Vendée ? Céline aurait-il écrit sur Word, WordPerfect ou Wordstar ? Descartes aurait-il programmé en Pascal ?

Et le code source, qui est la clé des deux systèmes (ou environnements, si vous préférez) ? Ah, il est lié a l’Ancien Testament et il est talmudique et cabalistique. Encore un coup du lobby juif

Cette chronique a été rédigée il y a six ans. Dans l’intervalle les choses ont changé. Windows a rejoint Mac dans son catholicisme tridentin avec la sortie des versions 95 et 98 du système. La flamme du protestantisme est désormais entre les mains de Linux. Mais l’opposition demeure valide (1999)

Notes

[1] Chronique qu’il tient toujours d’ailleurs.

[2] Crédit photo : Martin Fisch (Creative Comons By-Sa)