L’association SILLAGES.info a été créée en octobre 2011.

L’ambition de l’initiative SILLAGES est de développer une production collaborative de contenus pédagogiques multimédias contribuant à l’ouverture Sociale et InternationaLe de LAccès aux Grandes EcoleS, et notamment de développer un échange pédagogique avec des universités étrangères souhaitant mieux préparer leurs étudiants aux exigences spécifiques des grandes écoles françaises[1].

Nous avons rencontré deux acteurs de l’initiative SILLAGES : Nathalie Van de Wiele, chef de projet, et Jean-Pierre Archambault, responsable de la communication.

Tulane Public Relations - CC by

Framablog : vous proposez des ressources que vous qualifiez de libres[2]

Nathalie Van de Wiele : oui. L’initiative SILLAGES est à l’origine de la création de deux sites complémentaires disponibles sur internet : une plate-forme et un wiki. Ces sites comptent près de 500 ressources pluridisciplinaires libres et gratuites de niveau L0, L1 ou L2, portant sur les mathématiques, la physique, l’économie, la littérature, le grec ancien, le latin, …

Les ressources SILLAGES pouvant aussi être utiles aux enseignants, elles sont publiées sous licence « Creative Commons » pour une utilisation optimale (elles peuvent ainsi être réutilisées, transformées, modifiées, complétées), les auteurs SILLAGES devant se conformer à la législation en vigueur en terme de droits d’auteurs. Nous avions choisi la licence CC BY – NC avec la possibilité de remixer l’oeuvre. Pour que les choses soient plus claires, nous allons ajouter SA ! SILLAGES menant des partenariats avec les Universités numériques thématiques (UNT), les ressources déposées sur la plate-forme sont référencées par les UNT afin de rendre ces ressources également accessibles par les sites des UNT partenaires (à ce jour UNISCIEL et UOH).

Framablog : la mise en place de ces sites a été dictée par deux aspects essentiels, liés tous deux à la mission même de l’initiative SILLAGES : d’une part, l’aspect « ouverture sociale » et d’autre part, l’aspect « ouverture internationale »; à qui s’adressent vos sites ?

Nathalie Van de Wiele : en terme d’ouverture sociale, les sites SILLAGES s’adressent :

  • aux étudiants abordant l’enseignement supérieur avec des bagages scolaires différents,
  • aux étudiants de milieu modeste éprouvant des difficultés en classes préparatoires,
  • aux étudiants en formation L1 ou L2 préparant leur entrée en grande école.

En terme d’ouverture internationale, ils s’adressent :

  • aux étudiants étrangers désirant entrer en classes préparatoires ou en grande école en France,
  • aux étudiants étrangers n’ayant pas d’accès facile à des bibliothèques et voulant compléter leurs supports pédagogiques.

Framablog : vous proposez des ressources en grec ancien…

Nathalie Van de Wiele : Michèle Tillard, professeur de lettres classiques au lycée Montesquieu du Mans, est l’auteure de nombreux documents concernant le grec ancien et la préparation au programme du concours d’entrée à l’ENS de Lyon, documents disponibles sur la plate-forme ou le wiki SILLAGES, les deux types de ressources étant reliées par des liens hypertextes : un cours complet pour hellénistes débutants, en cours d’élaboration ; un cours de version grecque, sous forme de feuilleton, et en complément, un « kit de survie de l’helléniste » regroupant les principales notions grammaticales sous forme de fiches ; un cours sur l‘Icaroménippe de Lucien (programme de l’ENS Lyon, 2012) ; des fiches de vocabulaire grec.

D’autres cours sont en projet, en particulier sur les œuvres latines et grecques de l’option « Lettres classiques » du concours d’entrée de l’ENS Lyon, à paraître prochainement.

Framablog : et des ressources en sciences physiques…

Nathalie Van de Wiele : Olivier Granier, professeur de physique au lycée Montesquieu du Mans en classe de spéciales PC, a souhaité placer sur la plate-forme SILLAGES de nombreux documents personnels (polycopiés de cours, séances de travaux dirigés, résolution de problèmes de concours, polycopiés de travaux pratiques d’électronique et d’optique), couvrant ainsi l’ensemble du programme de Physique des classes préparatoires au grandes écoles scientifiques et des universités scientifiques (niveau L1 et L2).

Olivier Granier, par ailleurs administrateur de la plate-forme SILLAGES, reçoit d’ailleurs régulièrement des messages électroniques d’utilisateurs souhaitant des informations complémentaires sur les études qu’ils suivent, posant des questions sur tels ou tels points du cours ou demandant encore des précisions sur la résolution d’un exercice.

Framablog : pouvez-vous nous préciser l’apport pour les étudiants étrangers ?

Jean-Pierre Archambault : J’ai eu le plaisir de suivre au sein de SILLAGES deux étudiants de l’ESIA (Ecole supérieure d’informatique, électronique, automatique) chargés d’un projet visant à mieux faire connaître les ressources SILLAGES.

L’un d’eux, Wassim CHIADLI, affirme : « les cours que les étudiants peuvent trouver sur SILLAGES sont à grande valeur ajoutée et constituent pour eux un vrai appui pendant leurs années d’études et surtout pendant leur période de révisions. Cela s’adresse en particulier aux étudiants des pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient bercés dans la francophonie. Le Maroc en est un bon exemple. En effet, il existe beaucoup de similitudes entre les systèmes d’études supérieures français et marocain. Un nombre important d’étudiants marocains s’orientent vers les classes préparatoires pour accéder aux grandes écoles marocaines mais également françaises telles que l’Ecole Polytechnique, Centrale, Mines Ponts et Chaussées, HEC, etc.

Et le plus difficile pour ces jeunes étudiants est de trouver des informations, des cours et des exercices fiables et gratuits afin de réussir leurs parcours. De même, la France reste la destination favorite des Marocains ayant pour but de finaliser leurs études à l’étranger. Cela reste néanmoins une mission délicate pour les candidats libres qui ne possèdent pas systématiquement d’appuis, ni de références.

Le projet SILLAGES peut ainsi aider les étudiants en classes préparatoires à renforcer leurs connaissances et, d’autre part, donner une nouvelle opportunité aux personnes ayant le plus de mal à accéder à l’information ».

Framablog : on voit bien l’intérêt de tels sites qui est de mettre à disposition du plus grand nombre des documents pertinents et adaptés au public visé, enseignants et étudiants de niveau L1 et L2. Mais entretenez-vous des relations en présentiel avec les publics étrangers ?

Nathalie Van de Wiele : nos sites visent à favoriser les échanges pédagogiques à travers le monde. Nous les complétons avec des missions. Olivier Granier a ainsi participé à plusieurs missions à l’étranger, au Liban (Université Saint Joseph, Beyrouth, en avril 2011 et avril 2012), au Cambodge (Institut de technologie du Cambodge, Phnom Penh, en novembre 2011) et au Cameroun (Institut supérieur des technologies et du design industriel, Douala, en février 2012).

Le but de ces missions était à chaque fois sensiblement le même : faire connaître, utiliser et enrichir les ressources SILLAGES, former des étudiants de ces universités étrangères aux spécificités des concours des grandes écoles scientifiques françaises. Olivier Granier a ainsi organisé des séances de préparation aux écrits des concours, effectué des compléments de cours et organisé des séances spécifiques de préparation aux oraux des concours (sous forme d’interrogations orales de type « colles »).

Michèle Tillard est actuellement en train de mettre sur pied un stage en présentiel, destiné aux étudiants hellénistes de l’IPELSHT (Institut Préparatoire aux études littéraires et de Sciences Humaines de Tunis), qui complètera la formation à distance qu’elle a bâtie sur la plate-forme SILLAGES pour ces étudiants, débattant sur un forum dédié de « L’enseignement à distance pour sauver l’enseignement du grec ancien ? ».

Framablog : SILLAGES et le libre ?

Jean-Pierre Archambault : il y a donc tous ces documents en Creative Commons. En outre, bon nombre de ressources élaborées pour l’enseignement à distance sont conçues grâce à des logiciels libres, tels que Geany, Amaya ou encore OpenOffice, et destinés à être lus par l’ensemble des navigateurs, en particulier Mozilla Firefox ou Safari. C’est le cas, notamment, des ressources créées en grec ancien. Les sites eux-mêmes font appel aux logiciels et licences libres (MediaWiki doté d’un éditeur LaTeX pour le wiki SILLAGES et CeCILL pour l’utilisation de la plate-forme SILLAGES).

Et puis, l’esprit avec lequel les enseignants associés à SILLAGES travaillent, notamment lors des missions à l’étranger, relève de l’approche du libre. L’objectif de SILLAGES est bien de favoriser le partage de documents libres mis à disposition sur internet et de promouvoir l’utilisation et la réappropriation qui en est faite auprès de publics demandeurs et souvent éloignés de grands centres documentaires.

Je citerai cette phrase (tirée du site framasoft.net) : « Issu du monde éducatif, Framasoft est un réseau de sites web collaboratifs à géométrie variable dont le dénominateur commun est le logiciel libre et son état d’esprit. Il vise à diffuser le logiciel libre et à le faire connaître auprès du plus large public. ». A mon sens, elle s’applique à la communauté SILLAGES.

Framablog : quels problèmes rencontrez-vous ? Quelles sont vos perspectives ?

Nathalie Van de Wiele : si, dans le contexte de l’ouverture sociale et internationale de l’accès aux grandes écoles l’initiative SILLAGES prend toute sa place, participant à l’offre numérique de l’enseignement supérieur français, menant des expériences concrètes à l’international et offrant une souplesse de moyens sachant répondre à la demande des étudiants, des progrès sont encore à réaliser.

Un bilan des ressources placées sur la plate-forme SILLAGES montre que les ressources scientifiques sont majoritaires mais incomplètes (il n’y a ni chimie, ni biologie, ni sciences de l’ingénieur), que les langues sont absentes des disciplines littéraires et que les sciences économiques et commerciales sont sous-représentées. Sur le wiki SILLAGES, l’édition collaborative a du mal à démarrer.

Le manque de moyens financiers (les membres de SILLAGES sont tous bénévoles et dégagent pour SILLAGES du temps sur leurs activités professionnelles) freine pour le moment des développements plus ambitieux. En terme d’usage, si des efforts sont fait en terme de travail collaboratif pour adapter les ressources à la demande, d’accompagnement des étudiants dans l’utilisation de celles-ci, de coopération internationale entre établissements, l’initiative SILLAGES souffre de ne pas être encore assez connue.

L’association SILLAGES est encore jeune et ne demande qu’à se développer afin d’augmenter le nombre de ressources placées sur la plate-forme ou le nombre d’articles édités sur le wiki et d’attirer vers elle de nombreux enseignants prêts à rejoindre la communauté SILLAGES et à relever le défi qui l’anime.

Framablog : quel rapport établissez-vous entre coopération sur un pied d’égalité et approche du libre ?

Jean-Pierre Archambault : si SILLAGES s’inscrit pleinement dans l’approche du libre aux plans des logiciels utilisés et des ressources pédagogiques produites, des modalités de leur réalisation et de mise à disposition de tous, des réponses en termes de droit d’auteur, ce n’est pas le fruit du hasard.

En effet, si chacun a vocation à produire ses propres ressources, la coopération internationale et des formes de solidarité numérique c’est aussi l’adaptation de celles réalisées par l’autre. Avec le libre, chaque communauté peut prendre en main la localisation/culturisation qui la concerne, connaissant ses propres besoins et ses propres codes culturels mieux que quiconque. Il y a donc, outre une plus grande liberté et un moindre impact des retours économiques, une plus grande efficacité dans le processus, en jouant sur la flexibilité naturelle des créations immatérielles pour les adapter à ses besoins et à son génie propre.

C’est aussi plus généralement ce que permettent les « contenus libres », c’est-à-dire les ressources intellectuelles – artistiques, éducatives, techniques ou scientifiques – laissées par leurs créateurs en usage libre pour tous. Logiciels et contenus libres promeuvent, dans un cadre naturel de coopération entre égaux, l’indépendance et la diversité culturelle, l’intégration sans l’aliénation.

Framablog : d’une manière générale, pensez-vous que pédagogie rime avec libre ?

Jean-Pierre Archambault : oui, et le mouvement est irréversible.

D’évidence, il existe des auteurs par milliers, des acteurs multiples (enseignants, associations, institutions, collectivités territoriales) qui mettent en place des coopérations souples et diverses. Certes, de tout temps les enseignants ont réalisé des documents en préparant leurs cours. Mais, avant la banalisation des outils numériques de production des contenus (traitement de texte, présentation, publication) et le développement d’internet qui donne à l’auteur un vaste public potentiel qui peut aisément reproduire les documents qu’il a récupérés, qui en bénéficiait au-delà d’un cercle nécessairement restreint ?

La numérisation des œuvres et de la connaissance en général, et leur diffusion sur internet posent avec une acuité sans pareille le problème de l’usage que l’on peut en faire. Des millions d’utilisateurs ont accès à des millions d’œuvres, grandes ou petites. Difficile d’imaginer que leur utilisation puisse passer par une demande d’autorisation. De ce point de vue, le copyright est un non-sens sur internet. La loi doit pouvoir être applicable. D’où la pertinence de la démarche de Creative Commons dans laquelle l’auteur, en mettant à disposition sa création sur la toile, indique ce que les internautes peuvent en faire. Elle permet l’indispensable circulation fluide des documents et, si nécessaire, leur modification.

Framablog : un mot pour conclure…

Jean-Pierre Archambault : les enjeux sont forts : appropriation de la connaissance par tous, constitution d’un patrimoine pédagogique mondial accessible à tous. SILLAGES a l’ambition d’y apporter sa modeste contribution.

Notes

[1] Crédit photo : Tulane Public Relations (Creative Commons By)

[2] La licence Creative Commons By-Nc-Sa n’étant pas considérée comme libre au sens des logiciels libres.