On l’appelle sysadmin, adminsys ou plus correctement administrateur systèmes. Il a la lourde charge de s’occuper des serveurs d’une organisation.

Si vous avez l’impression qu’il bulle toute la journée, ne le critiquez pas ! Vous êtes en réalité en face d’un excellent administrateur systèmes :)

Anita Hart - CC by-sa

12 raisons pour lesquelles tous les administrateurs système devraient être paresseux

12 Reasons Why Every Linux System Administrator Should be Lazy

Ramesh Natarajan - 12 juillet 2011 - GeekStuff.com
(Traduction : Husi10, Ag3m, Gatitac, Kathryl, Thur, M0tty, Ag3m, Dominique, minimoy)

Un administrateur systèmes fainéant est un bon administrateur systèmes
Anonyme

Le travail d’un administrateur systèmes n’est généralement pas visible des autres services informatiques ou par les utilisateurs finaux. La plupart du temps, ils regardent les administrateurs systèmes en se demandant pourquoi ils n’ont pas l’air de faire grand chose.

Quand vous voyez un administrateur systèmes qui est tout le temps en train de courir dans tous les sens, à essayer d’éteindre le feu, en prise constante avec des problèmes de production, vous pourriez penser qu’il travaille dur et fait vraiment bien son boulot. Mais en réalité il ne fait pas bien son job.

Quand vous voyez un administrateur système (UNIX/Linux, base de données, réseau), qui apparemment n’a pas l’air de se fouler beaucoup au bureau, semble toujours relax et n’a pas l’air d’avoir une activité visible, vous pouvez être certain qu’il fait bien son job.

Voici 12 raisons qui font d’un administrateur systèmes paresseux le meilleur des administrateurs systèmes :

1. Qui est le chef ? La principale raison pour laquelle un administrateur systèmes paresseux est le meilleur administrateur système possible tient à son attitude. Ils ne voient pas tout à fait les machines comme les autres services informatiques. Il y a une différence entre les développeurs et les administrateurs systèmes. Les développeurs pensent qu’ils sont là pour servir les machines en écrivant du code. Il n’y a rien de mal dans cette démarche puisque les développeurs prennent beaucoup de plaisir à écrire du code. Mais les administrateurs systèmes pensent tout autrement. Ils pensent au contraire que les machines sont à leur service. Tout ce qu’ils ont à faire, c’est nourrir la machine, la rendre heureuse et laisser la machine faire tout le dur labeur pendant qu’ils se relaxent et paressent. La première étape pour devenir un administrateur systèmes paresseux demande parfois un léger changement d’attitude : il s’agit de faire savoir à la machine que vous êtes le patron.

2. Écrire des scripts pour des tâches récurrentes. Être fainéant, c’est être malin. Un administrateur systèmes intelligent est passé maître dans tous les langages de script (bash, awk, sed, etc.). Chaque fois qu’il sera obligé de faire une tâche, et s’il y a une vague possibilité qu’on puisse avoir besoin de ce même travail plus tard, il écrira un script pour faire le boulot. Ainsi, lorsqu’on lui demandera plus tard de refaire le même travail, il n’aura pas à réfléchir ; il aura simplement à exécuter le script puis à retourner paresser.

3. Tout sauvegarder. Être fainéant signifie tout sauvegarder. Un administrateur systèmes paresseux sait qu’il doit donner un peu de temps dans la création de processus de sauvegarde, et donc écrire des scripts de sauvegarde pour toutes les applications et tous les systèmes critiques. Quand l’espace disque n’est pas un problème, il planifie la sauvegarde pour toutes les applications même si elles ne sont pas critiques. Ainsi, dès que quelque chose se passe mal, il ne se met pas à transpirer de stress, il a simplement besoin de restaurer une sauvegarde pour pouvoir retourner aux trucs paisibles qu’il faisait juste avant.

4. Prévoir un plan de reprise d’activité. Les administrateurs systèmes n’aiment pas avoir à gesticuler dans tous les sens en cas d’urgence. Quand tout se passe bien, ils prennent un peu de temps pour créer un plan de reprise d’activité et de récupération de données.Comme ça, quand les choses tournent mal, ils peuvent le suivre, faire revenir rapidement les choses à la normale, puis retourner encore à leur rythme d’administrateur paresseux.

5. Configurer un sytème à haute redondance. Les administrateurs sysèmes fainéants n’aiment pas être réveillés au beau milieu de la nuit à cause d’une bête panne materielle. Ils font donc en sorte que les periphériques soient hautement redondants. Cela inclut à la fois le matériel et les logiciels : ils ont deux cartes réseaux configurées, une double alimentation, deux disques durs, bref tout en double. Comme ça, si l’un des équipements vient à flancher, le système fonctionnera toujours et notre fainéant d’administrateur pourra se concentrer à la réparation de l’équipement défaillant lorsqu’il se lèvera le matin, à la même heure que tous les autres matins.

6. Laisser de la place pour une croissance inattendue. Un administrateur systèmes paresseux ne permet jamais à son système de tourner à plein régime. Il garde toujours de la place libre en cas d’imprévus. Il s’assure que le système ait assez de CPU, ainsi que de l’espace disque et de la RAM disponibles. Lorsque le service commercial décide de larguer des tonnes de données pendant la nuit, il n’a pas besoin de réfléchir à la façon de gérer cette croissance inattendue.

7. Être proactif. Être paresseux ne veut pas dire que vous devez juste vous assoir et vous tourner les pouces. Être paresseux signifie être proactif. Les administrateurs systèmes paresseux détestent être réactifs. Ils anticipent toujours les difficultés et l’expansion. Lorsqu’ils ont du temps libre à disposition (et ils en ont donc beaucoup), ils gardent un œil attentif sur les projets afin de gérer la future croissance et éviter que des problèmes non prévus adviennent.

8. Adorer les raccourcis clavier. L’administrateur systèmes fainéants connaît tous les raccourcis clavier de toutes ses applications favorites. S’il passe quotidiennement un temps significatif sur une application, la première chose qu’il fait est de maîtriser les raccourcis clavier de cette application. Il tient à passer le moins de temps possible sur l’application pour parvenir à ses fins, et ainsi redevenir paresseux.

9. Passer maître de la ligne de commande. Tous les administrateurs systèmes paresseux sont des pros des lignes de commande. Cela s’applique aux administrateurs systèmes Linux, aux administrateurs de bases de données, aux administrateurs réseaux, etc. Si vous voyez un administrareur systèmes lancer une interface graphique alors que la même tâche peut être effectuée en ligne de commande, alors vous savez qu’il n’est pas un administrateur systèmes paresseux. Il y a deux raisons pour lesquelles les administrateurs systèmes paresseux adorent les lignes de commande. D’une, il peut faire les choses rapidement en ligne de commande. Et d’autre, ça lui donne l’impression que c’est lui le patron et non pas le système. Quand vous utilisez les lignes de commande, vous avez le contrôle, vous savez exactement ce que vous voulez faire. Quand vous utilisez une interface graphique, vous êtes à sa merci sans être sûr à 100% de ce qu’il va produire après votre clic.

10. Apprendre de ses erreurs. Les administrateurs systèmes fainéants n’aiment jamais faire les mêmes erreurs deux fois. Ils détestent travailler sur des problèmes imprévus, mais quand ils apparaissent, ils travaillent à le corriger, réfléchissent à comment cela est arrivé, et mettent immédiatement le nécessaire en place pour que cela n’arrive pas de nouveau. Travailler sur le même problème deux fois est considéré comme un véritable péché pour un administrateur système fainéant. Il aime travailler sur le problème une seule fois, faire ce qu’il faut pour prévenir l’apparition de la même erreur dans le futur, et retourner tranquillement paresser.

11. Se former en continu aux nouvelles technologies. Il n’y a rien de mal à apprendre de nouvelles technologies pour avoir un meilleur travail ou juste pour se tenir à jour des progrès dans le domaine. Mais un administrateur systèmes paresseux n’apprend pas de nouvelles technologies pour cette raison. Il s’y forme parce qu’il aime garder le contrôle sur les systèmes en permanence. Il sait que c’est lui le chef et non pas la machine. Ainsi, quand arrive une nouvelle technologie, il prend le temps de l’étudier. À présent, il a de nouveaux outils pour occuper le système tandis qu’il continue à paresser. C’est la paresse qui est la principale motivation de sa formation.

12. Tout documenter. C’est ce qui distingue les bons administrateurs systèmes des meilleurs administrateurs systèmes. Voyez-vous, l’administrateur systèmes paresseux déteste être dérangé lorsqu’il est sur la plage à profiter de ses vacances. Donc, que fait-il ? Il documente tout, de manière à ce que lorsqu’il n’est pas là, d’autres puissent faire le boulot de base à sa place, et fassent tourner les choses sans le déranger pendant ses vacances. Il y a une autre raison pour laquelle l’administrateur systèmes paresseux documente tout : parce qu’il oublie des choses. Comme il est fainéant, il a tendance à oublier ce qu’il a fait le mois précédent. Puisqu’il n’aime pas du tout réfléchir deux fois sur le même sujet, il documente tout, et quand il aura besoin de faire la même chose dans le futur, il reviendra à sa documentation pour comprendre ce qu’il avait fait la fois précédente.

Voilà. Être un administrateur systèmes fainéant, ce n’est pas si simple en fait, c’est même beaucoup de travail. Si vous n’en êtes pas, vous saurez désormais les reconnaître. Si vous en êtes et que vous courez toujours partout, vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire.

Crédit photo : Anita Hart (Creative Commons By-Sa)