Il est rare que Framasoft s’évade d’Internet et encore plus rare qu’il organise lui-même des évènements sur le terrain de la vraie vie. Alors autant que ça sorte un peu de l’ordinaire, comme ce fut le cas vendredi 7 décembre à la Rockette Libre et samedi 8 décembre à la librairie « À Livr’Ouvert ».

aKa - CC by


Framathon à la Rockette Libre

C’est temps libre chaque vendredi soir à la Petite Rockette. Et c’était au tour de Framasoft d’investir le lieu le 7 décembre dernier.

Il s’agissait de lancer le top départ d’un ambitieux projet en partenariat avec LinuxFr : traduire dans son intégralité le livre Open Advice: what we wish we had known when we started (avec le recul, qu’auriez-vous voulu savoir quand vous avez commencé à contribuer à la communauté du libre ?)

Or nous manquions d’ordinateurs, nous étions un peu fatigués en cette fin de semaine, et nous avions plein de choses à nous dire car certains ne s’étaient pas vus depuis bien longtemps (parfois depuis leur naissance). Donc rares étaient ceux qui travaillaient effectivement sur la traduction : trois, quatre personnes tout au plus au maximum de l’activité. Il faut aussi vous avouer que le slogan détourné par Pouhiou à cette occasion ne nous a pas vraiment motivés : « Boire ou traduire, il faut choisir ! » ;)

aKa - CC byEt pourtant le travail proposé fut réalisé « vite fait bien fait » ! Pourquoi ? Parce que nous avions déposé les deux premiers articles du livre sur Framapad et sollicité dans le même temps la participation d’Internet. Pour ce qui nous concerne, nous avions projeté sur le mur les pads en question et jetions un oeil de temps en temps sur le texte et les couleurs qui défilaient à l’écran.

L’originalité est là.

La majorité des lecteurs de ce blog est désormais habituée à un tel l’outil et une telle manière de procéder ensemble. Mais pour quelqu’un qui découvre, cela a quelques chose de magique ! Et il n’est pas au bout de sa surprise car quand il arrive (enfin) à comprendre que derrière chaque couleur en mouvement se cache quelque part une personne connectée, il lui est tout aussi suprenant d’apprendre que tout ce petit monde n’a pas été « sélectionné » et surtout travaille « pour rien ». Pour la beauté du geste, pour la beauté du Libre…

Cette dernière phrase valait bien une danse ;)

aKa - CC by


Framabook chez « À Livr’Ouvert »

Comment donc ? Tous les livres de notre libre collection Framabook dans une librairie parisienne ! En vitrine même !

Il fallait marquer le coup en invitant les lecteurs à rencontrer les auteurs.

aKa - CC byC’est ainsi que fut organisée une très conviviale mais somme toute classique séance de dédicaces avec trois de nos auteurs : le gendre idéal Benjamin Jean, le plus célèbre auteur vivant du domaine public Pouhiou et l’homme qui gratte plus vite son ukulélé que son ombre Simon Gee Giraudot.

Un petit ordinateur se trouvait au milieu d’eux. Il contenait les versions numériques intégrales de toute la collection.

L’originalité est là.

Les gens étaient évidemment cordialement invités à acheter et repartir avec des livres, c’est normal nous sommes dans une librairie. Mais ils pouvaient aussi sortir leur clé USB que nous nous faisions un plaisir de remplir avec la version numérique du ou des livre(s) de leur choix.

C’est gratuit, mais c’est surtout libre. C’est à notre connaissance une grande première que de proposer, dans un tel lieu, un tel service libre en libre service. Et c’est tout à l’honneur de l’audacieuse librairie qui porte décidément bien son nom. Nous sommes tout d’un coup très loin d’Hadopi.

Ah, et sinon nous avons vendu une trentaine de livres papiers Framabook ce jour-là.

aKa - CC by

Nous remercions toutes celles et ceux qui sont venus et ont participé à ces deux singuliers évènements et plus particulièrement Olive (Rockette Libre) et Bookynette (À Livr’Ouvert) pour leur invitation, accueil, disponibilité et bonne humeur.

C’est quand vous voulez pour recommencer ;)

Crédit photo : aKa (Creative Commons By)