Les statistiques font foi, nombreux sont les lecteurs de ce blog à avoir adoré le navigateur Firefox, pour cependant, progressivement, parfois la mort dans l’âme, opter pour le choix pragmatique de Google Chromium, ou pire Google Chrome.

Sauf que depuis Firefox a progressé techniquement et Mozilla s’affirme chaque jour davantage comme une libre boussole du Web, ce que ne sera jamais Google.

Cela vaut le coup de reconsidérer la question, non ?


Keng Susumpow - CC by


Pourquoi je suis (re)passé à Firefox

Why I’m Switching (Back) to Firefox

Cameron Paul - 10 mars 2013 - Blog personnel
(Traduction : Jeff_, biglittledragoon, Agnes, MFolschette, Plop, Tom, Pouhiou, quack1, jtanguy, Rudloff + anonymes)

Dès septembre 2008, j’ai commencé à en avoir assez de Firefox. Il avait été mon navigateur de prédilection pendant des années mais la merveille du monde open source commençait à me décevoir. J’ai utilisé la version bêta de Firefox 3 dès le premier jour où elle a été disponible et je n’ai cessé de la trouver lourde et lente tout au long de mon utilisation. J’ai toujours été un adorateur des conceptions minimalistes et Firefox était en train de rapidement devenir tout sauf minimaliste.

Puis, quelque chose d’inattendu est arrivé. Google a annoncé la sortie de son propre navigateur. J’étais bientôt face à ce qui semblait être à l’époque le logiciel le plus incroyable que j’aie jamais vu. Google Chrome a initié une qualité de navigation formidablement épurée et aboutie soutenue par WebKit. Je pouvais enfin profiter de la vitesse de Safari avec une interface utilisateur bien conçue. Avec le temps, les choses n’ont fait que s’améliorer. Les outils de développement de WebKit sont devenus plus puissants que Firebug et avec la sortie de V8, Google a modifié notre conception des performances de JavaScript.

Cinq ans ont passé et les choses ne sont plus aussi roses. Plus que jamais, j’ai des problèmes de lenteur du navigateur. L’utilisation mémoire dépasse l’entendement et j’ai fréquemment des onglets qui ne répondent plus du tout. De plus, il semble y avoir une lacune générale de contrôle qualité ces derniers jours. Cocher la case « Désactiver le cache » dans les outils développeur semble ne pas avoir d’effet et, occasionnellement, des erreurs JavaScript disparaissent dans la nature au lieu d’apparaître dans la console. Chrome commence à beaucoup ressembler à ce qu’était Firefox en 2008.

Revenons-en maintenant à Firefox. Cela fait cinq années que je n’ai pas utilisé le navigateur de Mozilla pour autre chose qu’une vérification rapide, afin de m’assurer qu’une page web que je construisais avait un rendu correct. Dans ce laps de temps je n’ai pas prêté attention au travail qui avait été effectué. Firefox est devenu rapide. Comparé à Chrome, j’observe des chargements de pages visiblement plus prompts. SpiderMonkey semble avoir rattrapé V8 également. Mes propres tests (non scientifiques) m’ont montré que V8 était toujours légèrement plus rapide mais la différence était trop mince pour être perçue par des humains.

Puis il y a les outils de développement. Les outils de développement de WebKit ont toujours quelques fonctionnalités qui ne sont pas présentes dans Firefox, mais pour 95 % de mon utilisation, les outils de Firefox sont en fait meilleurs. Dans l’inspecteur, un meilleur contraste et une meilleure disposition permettent à l’œil de parcourir ce pavé qu’est le DOM non rendu. Sur la page, les éléments sélectionnés sont surlignés avec des pointillés subtils mais visibles au lieu d’une boîte bleue qui masque la page. Il y a également le mode de sélection au survol qui me permet de me déplacer rapidement à travers les éléments de la page jusqu’à arriver là où je le souhaite. Non seulement les outils de développement de Firefox sont plus agréables mais ils me font également gagner du temps lors de la sélection et la manipulation d’éléments sur la page.

Si l’on met de côté les problèmes techniques, il existe un autre élément qui me trotte dans la tête depuis déjà un petit moment. Je crois sincèrement que Mozilla s’engage sur les questions de liberté et de vie privée sur le Web. Google quant à lui s’engage à faire de l’argent et à savoir tout ce que je fais. Firefox m’accueille avec une page détaillant mes droits en tant qu’utilisateur de logiciel libre. Chrome m’accueille avec… pfffff… Chrome m’accueille avec une putain de publicité pour un Chromebook.

À l’heure où je parle je me sens un peu nostalgique. Le Firefox d’aujourd’hui me rappelle le Firefox tel qu’il était lorsque je l’ai découvert. Une fois de plus, Mozilla a délivré un produit techniquement supérieur tout en respectant totalement mes droits en tant qu’usager. Firefox c’est la liberté.

Crédit photo : Keng Susumpow (Creative Commons By)