Des années, peut-être même une décennie, qu’elle n’avait pas bougé et avait fini par prendre la poussière. Nous avons décidé de mettre radicalement à jour notre page d’accueil, en proposant une entrée qui rend plus lisible et reflète mieux ce que Framasoft est devenu aujourd’hui. Avant donc, cela donnait ça :

Framasoft ancienne page d’accueil

Autrement dit cela mettait surtout en avant l’historique premier service Framasoft, à savoir son vaste annuaire de logiciels libres (rebaptisé « Framalibre », en attendant lui aussi une substantielle et prochaine mise à jour). Quant à la forme, elle nous confiait depuis un certain temps ses envies de jeunesse, de fougue responsive, de Web sémantique…

Or, vous l’avez lu dans notre poisson du 1er avril, Framasoft est une galaxie en pleine expansion « afin d’amener un public toujours plus large à plus de liberté dans l’univers numérique ».

En effet, Framasoft, dix ans plus tard, c’est aussi Framakey, Framabook, Framablog, Framapad… en tout pas moins d’une vingtaine de projets ayant le Libre comme dénominateur commun. Il est d’ailleurs significatif que l’on parle désormais de Libre et non seulement de logiciels libres. Tous ces projets ont du coup été regroupés dans trois principales catégories, logiciels, cultures et services libres, plus claires et cohérentes pour le visiteur. Et puis aussi, voire surtout, Framasoft ce sont des hommes et des femmes qui travaillent bénévolement pour faire vivre et avancer tous ces projets au sein d’une communauté active et enthousiaste animée par une association. Nous avons également souhaité mettre plus en avant cet aspect humain, d’autant plus que nous existons avant tout à partir d’Internet.

C’est aussi pour cela que nous vous proposons l’interview de la principale responsable de cette nouvelle page d’accueil, peupleLà, pour en savoir plus sur le pourquoi du comment d’un tel choix.

Merci de votre attention. De votre confiance et fidélité aussi.

Si vous ne l’avez pas encore vue, voici notre nouvelle page d’accueil. N’hésitez pas à donner votre avis et rapporter des bugs dans les commentaires, car ici comme ailleurs tout est en mouvement.

— Pouhiou

* * * * *

Bonjour peupleLà, peux-tu te présenter succinctement ? Qui se cache derrière ce pseudo ?

Bonjour. Je travaille comme éditrice dans les humanités numériques. Je suis également traductrice de l’anglais américain, entre autres activités. Derrière le pseudo se trouve une personne passionnée — et parfois perplexe — devant tout ce que les humains arrivent à créer individuellement ou collectivement : un rêve de liberté, des formes de société, ouvertes ou fermées, des œuvres d’art, des systèmes de pensée, des langages, des merveilles technologiques et des horreurs de toutes sortes, des jeux et des guerres… (on me souffle dans l’oreillette de *ne pas faire trop long*)

Alors Framasoft, tu y es entrée comment et pourquoi ?

Très simplement : un twitt > tester Framapad > des traductions > rejoindre Framalang > le projet Open Advice > rejoindre Framabook > rejoindre Framasoft > etc. En fait l’approche de Framasoft est très au point. Un petit appeau pour appâter les oisillons innocents, et le temps de se rendre compte de la manœuvre, on se retrouve embringué dans un truc sympathique et improbable. Il faut mettre en garde les jeunes personnes influençables : le Libre, c’est bien beau et séduisant, mais si on sait quand et comment ça commence, sait-on vraiment où cela va nous entraîner ?

Et que fais-tu de beau au sein du réseau ?

J’amène mon grain de sel et mes compétences là où elles peuvent être utiles. Je participe beaucoup aux traductions, et surtout à la phase de préparation des publications où je donne libre cours à mes tendances psycho-rigides en matière de langue française et d’ortho-typographie.

Cette nouvelle page d’accueil, on te l’a imposée ou tu étais volontaire ?

C’était ça ou le supplice des fourmis… Comme je l’expliquais plus haut, l’approche Framasoft est très bien rodée. Après leur recrutement, les nouveaux membres doivent passer par divers rituels initiatiques qui leur permettent progressivement de s’intégrer au groupe. Cela inclut un certain nombre d’épreuves dont je ne suis pas autorisée à parler publiquement. Comme le dit notre devise : « La route est longue, mais la voie est libre… »

Plus sérieusement, la page d’accueil ne m’a pas été imposée, elle s’est proposée à moi, parmi les nombreux projets en cours que j’ai découverts lorsque j’ai rejoint l’association. Ce projet était dans les cartons depuis longtemps et était devenu urgent : c’était donc une priorité pour l’année 2013. Des questions de choix de design et d’ergonomie restaient sans réponse, et comme ce sont des domaines sur lesquels, sans être une experte, j’ai quelques compétences, c’était le projet dans lequel il m’a semblé le plus facile d’entrer au départ. J’ai amené des propositions et de fil en aiguille, j’ai fini par soumettre une maquette qui a été validée par l’asso. Puis je me suis également chargée de l’intégration.

Explique-nous un peu ces nouvelles couleurs et cette mise en page radicalement différente de la précédente version. En quoi te semble-t-elle cohérente et ergonomique ?

Ce projet a vraiment été le moyen pour moi de découvrir Framasoft de l’intérieur : les personnes, les projets, le fonctionnement, le réseau… bref, le bazar ! Certains choix étaient déjà arrêtés : l’utilisation du framework bootstrap, le fait que cette page devait être un portail vers l’ensemble du réseau — et ne plus être principalement la page d’accès à l’annuaire des logiciels libres —, la présentation succincte de chaque site du réseau.

Il fallait donc trouver une forme qui parte de l’existant et qui rende compte de l’esprit « Frama » : le foisonnement, beaucoup d’envies dans beaucoup de directions, une histoire déjà longue dans laquelle je comprenais qu’il fallait trouver une sorte de fil conducteur. Être noob était un avantage, car je pouvais encore me placer de manière « naïve », comme quelqu’un qui découvre le réseau (ce qui était le cas).

Des discussions internes avaient permis de se rendre compte qu’il y avait en fait désormais trois axes Framasoft : les logiciels libres (le socle historique de Frama), la culture libre, et bien plus récemment, le cloud libre… ainsi que divers projets difficilement rangeables. J’ai donc très logiquement imaginé de regrouper les sites du réseau — les FramaTrucs — par axes, de créer des pseudo-pages pour chacun de ces axes et de proposer une navigation interne à la page pour limiter l’effet « scroll interminable » de la mort qui tue, dû à la présence de contenus nombreux. Le haut de la page permet aux habitués d’accéder directement aux contenus qui les intéressent. La deuxième pseudo-page présente la communauté, sans laquelle le Libre n’est rien. Suivent une pseudo-page pour chacune des catégories de FramaTrucs.

J’avais envie de mettre un peu de couleurs dans tout ça, et en même temps je suis plutôt fan de sobriété et de design épuré. Après plusieurs essais de gammes de couleur, j’ai proposé la version qui est actuellement en ligne, dans l’idée d’identifier aussi chaque axe par une gamme de couleurs qui lui serait propre, tout en gardant quelques repères historiques de l’identité visuelle de Framasoft : les pingouins mascottes, le bleu, très présent sur la plupart des sites existants, le titre « Framasoft » bicolore… j’ai pensé que je pouvais utiliser ce qui restait des couleurs primaires et secondaires : rouge, jaune et vert, pour les axes nouveaux qui ont émergé dans les activités de l’asso.

fillette visage peint

PeupleLà, encore toute petite, faisait déjà des essais de couleurs pour la page d’accueil

Il a également fallu réfléchir aux éléments de navigation : c’est une page portail, donc elle comporte énormément de liens et ce n’est pas évident à gérer. J’ai opté pour que ces éléments soient repérables, identifiables par la cohérence des couleurs et des symboles clairs, mais le plus discrets possible pour éviter d’alourdir trop cette page. Ce n’est peut-être pas la meilleure stratégie, mais j’ose espérer que les visiteurs s’approprieront ces codes de couleur. Les petits carrés de navigation interne ont l’avantage d’être utilisables aussi sur les diverses plateformes mobiles.

Et puis, cette page porte forcément la trace de mes préférences : je sais bien qu’on ne travaille pas pour les gens qui sont comme soi, j’en tiens compte, mais il se trouve que je fais partie de ceux qui ont tendance à pratiquer le terrible et terrifique et horrifique « effet rebond » quand ils atterrissent sur un site qui leur montre où aller et que faire à grands coups de boutons et de signes énormes qui disent We’re cool: we don’t make you think!

N’as-tu pas peur de dérouter les anciens visiteurs ?

Euh… peur ? quel mot ! Disons que ça m’ennuierait que cette page perturbe les anciens visiteurs au point qu’ils la rejettent. Je pense qu’on a tous tendance à avoir nos habitudes, et que ça n’est pas toujours agréable de devoir les changer du jour au lendemain. En même temps, le changement fait partie de la vie. Quand on bouge un espace ou dans l’espace, qu’on déménage ou qu’on voyage, ça déstabilise et on a besoin d’un temps pour prendre de nouveaux repères. J’espère donc que la période d’adaptation ne sera pas trop pénible pour les anciens visiteurs et qu’ils apprécieront le nouveau point de vue qu’on leur propose, qu’ils sauront y faire leur chemin.

remarques de style

Que reste-t-il à faire concrètement ? En modifiant ainsi l’accueil, n’est-ce pas le réseau entier qui va petit à petit se mettre au diapason ?

L’idée c’est un peu ça, oui. En même temps, il ne s’agit pas de créer une identité uniforme, style corporate. De toutes façons, même si on le voulait, ce serait impossible : Framasoft est vraiment beaucoup plus du côté « bazar » que du côté « cathédrale ». Ce que j’ai en tête, comme je le disais, c’est plutôt de donner un fil pour pouvoir s’y retrouver dans le bazar : pouvoir se perdre, flâner, découvrir, c’est super… mais pouvoir aussi trouver rapidement le chemin si on a une direction précise à l’esprit, c’est important aussi. Je participerai probablement à d’autres projets de ce type d’ici la fin de l’année, et peut-être que d’autres viendront apporter leur contribution. Qui sait ?

Un dernier mot ?

Une jolie citation extraite de L’ïle aux fleurs, « Libre est l’état de celui qui jouit de liberté. Liberté est un mot que le rêve humain alimente. Il n’existe personne qui l’explique, et personne qui ne le comprenne. »

* * * * *

Crédit photo vagabondblogger - licence CC-BY-NC-SA