Logo de Lolix

Lolix est LE site francophone d’offres d’emploi tournant autour du Logiciel Libre. Un site incontournable, au style un peu vieillot certes, mais qui a contenté beaucoup de geeks, de nerds, de barbus, reconnaissants de trouver des entreprises où le libre n’est pas qu’un terme marketing.

Tout récemment, le 5 décembre, Lolix est tombé, après 15 ans de bons et loyaux services. Thom a alors averti LinuxFr dans un journal sobrement intitulé « Lolix » et qui, s’il n’a pas suscité de montagnes de commentaires, a toutefois affolé un peu les moules sur leur bouchot.

À la suite de cela, Rodolphe Quiédeville, l’auteur/mainteneur/modérateur de Lolix a reçu de nombreuses de marques de soutien l’encourageant à continuer avec une campagne de financement participatif. Voyons un peu ce qu’il a à nous raconter de cette histoire…

Bonjour Rodolphe, tu peux un peu te présenter à nos lecteurs ? Car si j’ai appris récemment que c’était toi qui était derrière Lolix et que tu t’es un peu dévoilé dans ton article de blog « Lolix de 1998 à 2013 », on ne peut pas dire qu’on te connaît beaucoup.

On peut dire que je ne suis pas un jeune gnou de la dernière portée, je suis admin/sys tendance DevOps comme on dit aujourd’hui. Je travaille dans l’info depuis 97 et j’ai vite migré vers le libre en 1998 en entrant chez Ecila.
Dans mes activités libristes je suis plutôt tendance Gnu et publie mes travaux en GPLv3, aprilien non pas de la première heure mais fidèle tout de même depuis le siècle dernier. Outre Lolix j’ai aussi été à l’origine de Dolibarr, qui est est né sur le backoffice de Lolix, seule solution à l’époque pour émettre des factures et faire un peu de compta de logiciel libre.
Aujourd’hui je suis Freelance et travaille essentiellement sur des prestations de test de charge de sites webs avec Tsung, en parallèle de missions orientées cartographie. Je contribue tant que faire se peut par des patchs aux outils que j’utilise, ma principale contribution en ce moment étant orientée autour d’OpenStreetMap en tant que contributeur données.

Je vais essayer de ne pas te faire répéter le contenu de ton billet — j’encourage nos lecteurs à aller le lire. Lolix, codé en 1998… Les frameworks ne devaient pas être légion à l’époque. Tu as tout fait à la main ? Ça t’a pris combien de temps ?

Je n’ai pas souvenir qu’il en existait un, en fait il en existait quasi autant que de projets. On a bien essayé de me refourguer celui de LinuxFr à l’époque mais j’ai résisté et oui j’ai tout codé seul, aucune idée du temps que cela a pris. J’ai toujours été adepte du release soon, release often, chaque nouvelle fonctionnalité codée était mise aussitôt en ligne, et je n’ai jamais tenu de compte sur mes heures de travail.

En 15 ans, il y a eu combien d’offres d’emploi déposées ? Combien de CV ? Tu aurais un ordre d’idée ?

Là par contre j’ai des stats, dans la base à ce jour on est à 18639 offres et 17488 CV. Avec respectivement 12 millions et 1,5 millions de consultations depuis le début des stats que j’ai commencé à gérer en 2000.

Tu dis que tu as lu toutes les offres d’emploi. Toutes ? Vraiment ? Ça te prenait combien de temps par jour ?

Oui ça c’est le principe de base, aucune offre ne passe en ligne sans être modérée, ce n’est pas trés fastidieux, avec le temps on prend vite des réflexes et en lecture diagonale tu vois tout de suite si l’offre est cohérente ou pas. En moyenne je n’y passe pas plus de 15 minutes par jour je pense.

Il n’y avait que toi qui modérait les annonces ? Pourquoi ne pas avoir posté une petite annonce de recrutement sur LinuxFr ou autre ?

Oui, Lolix contrairement à Dolibarr est un projet que j’ai plus incarné, j’aurai pu évidemment laisser la modération ouverte (ce qui va probablement évoluer) mais j’ai toujours eu peur de voir Lolix dévier de sa route. Un temps j’avais lancé également joinux.com pour les offres un peu plus borderline, mais cela n’a pas été convaincant, cela brouillait un peu la lecture.

Est-ce qu’il y avait une communauté autour de Lolix quand même ? Un lieu d’échange comme un forum, ou même juste quelques personnes qui venaient boire une bière et coder un peu ?

Non, par ma faute probablement je n’ai jamais fait d’effort pour créer cela. Il faut dire aussi qu’en 2000 avec Lolix SA j’ai essayé de développer une offre commerciale pour générer un revenu, cela n’a pas incité les contributeurs à rejoindre le projet. Et après la fermeture de l’entreprise j’ai été occupé à d’autres activités.

Je crois parler pour bon nombre d’entre nous qui te devons un emploi ou un stage si je dis que l’annonce de la fermeture de Lolix a été un choc. Pour moi, c’était un site qui traverserait vents et marées la tête haute, sans frémir. Est-ce que tu t’attendais un peu à ce que sa fermeture fasse des vagues ?

Pas à cette hauteur c’est évident, mais je ne suis pas naïf au point de penser que cela aurait pu passer inaperçu.

Parlons un peu des vagues. Ce sont « toutes les marques de soutien » qui t’ont incité à faire une campagne de financement participatif pour te permettre de recoder Lolix (nom de code : Lolyx). Tu t’attendais à ça ? Il y en avait tant que ça ?

Non pas autant c’est évident et surtout pas si vite, si la campagne a réussi aussi vite c’est parce qu’elle a aussi été très bien relayée. Ce qui a été également très plaisant c’est de retrouver des gens que j’avais un peu perdu de vue depuis les années.

La campagne de financement, qui a duré 42 jours a atteint le but de 4 200€ en 24h chrono ! C’est pas aussi geek que 42h (même si on peut écrire 42 avec 24), mais c’est classe ! Comment as-tu réagi en apprenant ça ?

Je sautais partout tout simplement :-)

Soupçonnais-tu une telle communauté invisible[1] derrière Lolix ?

Non, je savais que Lolix était important pour les gens qui l’utilisent régulièrement mais je ne pensais pas que le site pouvait fédérer autant de gens. J’ai été assez étonné aussi de voir une telle diversité dans les gens qui ont participé à la campagne, on n’est pas encore dans un registre de 7 à 77 ans mais on s’en approche.

Pour le coup, tu pourrais peut-être utiliser cette communauté pour t’aider dans la modération des offres d’emploi, non ? Ou le code ?

Pour le code bien évidemment, le code de Lolix a toujours été libre et publié sur Savannah, seulement avec le temps je n’ai plus mis à jour le repo, et ça c’est mal. Lolyx est dès à présent ouvert en tant que projet public sur Gitlab et tout un chacun est libre d’y contribuer.
Pour la modération des offres c’est à l’étude, j’avoue que l’enthousiasme de la campagne m’a donné cette idée d’ouvrir la modération des offres, formellement je ne sais pas encore comment mais je sais déjà que les gens ayant participé au financement auront un traitement de faveur sur ce point.

Est-ce que tu vas ajouter des trucs différents dans la nouvelle version ? Et pourquoi utiliser Python ? Il y a quand même mieux comme langage. Perl par exemple[2].

Oui il y aura des nouveautés, je veux cette nouvelle version déjà plus en phase avec ce qui se fait aujourd’hui en terme d‘API, de responsive design, ou d’OpenData, et il y aura surtout tout ce que j’ai pas encore pensé et qui sera apporté par les contributeurs ingénieux. Après pourquoi Python, parce que Django[3].

Capture d'écran de la deuxième version de Lolix

Un dernier mot ?

15 ans de nouvelles aventures ça fait frémir un peu, mais 15 ans de nouvelles rencontres ça fait rêver !

À l’heure de la mise au propre de cette interview sur le Framablog, la campagne de financement est terminée et a généré plus de 200% de la somme demandée.Toutes nos félicitations à Rodolphe, à Lolix et à tous ceux qui ont contribué à un tel succès !

Notes

[1] Fallait bien que je justifie le titre du billet.

[2] Je voulais au départ publier cette interview un trolldi (le jour où le troll est permis — et encouragé sur LinuxFr —, c’est à dire le vendredi).

[3] Framework web populaire écrit en Python.