Fabio Venni - CC by-saNous sommes en 2002 et le New York Times consacre un long sujet sur David Bowie.

On l’invite tout à coup à s’exprimer sur l’industrie musicale…

Dix ans plus tard, le copyright n’a pas disparu, loin de là, mais il est à juste titre attaqué de tout part. Quant à l’industrie musicale, elle ne se porte guère mieux si ce n’est pire.

« La musique elle-même est en passe de devenir comme l’eau courante ou l’électricité » et, ne vous en déplaise, « c’est absolument passionnant » ![1].

Visionnaire notre ami Ziggy ?

David Bowie à propos de l’état de l’industrie de la musique

David Bowie On the State of the Music Industry

Jon Pareles - 9 juin 2002 - NYT.com
(Traduction Framalang : Goofy, Lolo le 13 et Don Rico)

Extrait trouvé dans un article du New York Times sur David Bowie. Voici ce qu’il avait à dire à propos de l’état de l’industrie musicale :

« Je ne vois pas même pas pourquoi je voudrais être sur un label dans quelques années, parce que d’ici là on ne travaillera plus avec des systèmes de distribution et les labels de la même façon… La transformation radicale de tout ce que nous avons toujours pensé sur la musique va se produire dans les dix ans à venir, et rien ne pourra l’empêcher. Je ne vois pas une seule bonne raison de penser que cela ne se produira pas. Par exemple, je n’ai aucun doute sur la disparition du copyright d’ici dix ans, quant au statut d’auteur et la propriété intellectuelle, ils vont en prendre plein les dents aussi.

La musique elle-même est en passe de devenir comme l’eau courante ou l’électricité… Alors profitez bien de ces quelques dernières années parce que rien de tout cela ne se reproduira plus. Vous feriez mieux de vous préparer à monter des tournées très nombreuses parce que c’est tout ce qui va rester. C’est absolument passionnant. Mais par ailleurs peu importe que vous trouviez ça passionnant ou non : c’est ce qui va se passer. »

Notes

[1] Crédit photo : Fabio Venni (Creative Commons By-Sa)